« Interdire ou restreindre les saveurs de vapotage aurait un effet désastreux sur le sevrage tabagique ». L’European Tobacco Harm Reduction Advocates (ETHRA) a écrit ce 14 juillet à Paul Blokhuis, secrétaire d’État à la santé des Pays-Bas. Objectif du regroupement de 21 associations européennes : tenter de le dissuader de son projet d’interdiction de tous les arômes de vapotage sauf « goût tabac ». Ce projet a été annoncé par un communiqué ce 23 juin, sans consultation préalable du public.

L’ETHRA souligne les effets négatifs engendrés par une prohibition. “Les arômes sans tabac aident à dissocier les fumeurs du goût du tabac et à réduire ainsi les risques de rechute”, note la lettre rédigée par Sander Aspers, président de l’association ACVODA, et cosignée par les partenaires scientifiques de l’ETHRA. En plus de favoriser le tabagisme, un « danger supplémentaire de limiter ou d’interdire les saveurs est de contraindre les consommateurs à utiliser le marché noir pour obtenir le produit dont ils ont besoin ».

Dans l’Union européenne, l’Estonie connait le développement hors de tout contrôle d’un marché noir depuis l’interdiction des arômes et l’introduction d’une taxe en 2018. Le pays balte commence à faire machine arrière devant le marasme. À San Francisco, la prohibition de vente de vape aromatisée en 2019 a fait exploser le tabagisme des jeunes de 18 à 24 ans, selon une récente étude.

Un projet sans fondement

Le projet de Paul Blokhuis est d’autant plus surprenant que l’Institut national de santé publique néerlandais (RIVM) reconnait que « la réglementation devrait permettre la commercialisation des saveurs des e-liquides qui stimulent les fumeurs et les doubles-usagers à continuer ou à utiliser le vapotage ».

Une récente étude sur près de 18 000 vapoteurs américains, publiée dans JAMA Network, confirme que « les adultes qui ont commencé à vapoter sans arôme de tabac étaient plus susceptibles d’arrêter de fumer que ceux qui ont vapoté des saveurs tabac ». Tandis que « par rapport au vapotage de saveur tabac, vapoter d’autres saveurs n’était pas associé à une augmentation de l’initiation au tabagisme chez les jeunes ».

Concernant les adolescents, les statistiques néerlandaises montrent des baisses à la fois du tabagisme et de l’expérimentation du vapotage. Ils étaient 1,8 % à fumer en 2019 contre 2,1 % en 2017. Tandis que ceux qui ont essayé au moins une fois le vapotage sont passés de 34 % en 2015 à 25 % en 2019.

Paul Blokhuis annonce aussi militer au niveau européen pour « l’introduction de droits d’accise sur les nouveaux produits à fumer tels que les cigarettes-électroniques » (sic!). Nous espérons que le Secrétaire d’État saura entendre raison et réviser ses projets. Une pétition dans ce sens a été lancée en ligne par des citoyens.

L’article original de l’ETHRA : https://ethra.co/news/41-proposed-flavour-ban-in-the-netherlands-letter