Un rapport de l’OMS, relayé par l’AFP ce mardi 27 juillet, attaque frontalement le vapotage.

Dans un rapport financé par Bloomberg Philanthropies, l’OMS diabolise le vapotage, qu’elle accuse de pervertir la jeunesse, de maladies mortelles et d’être le cheval de Troie de Big Tobacco. Ces allégations, toutes contredites par les faits et la science, effraient le public, les fumeurs, les vapoteurs et leur entourage [1].

L’OMS fait pression sur les autorités pour des réglementations les plus restrictives possibles voire la prohibition du vapotage. Une mesure qu’elle n’a pourtant jamais recommandée pour le tabac. Rappelons qu’elle dénombre à travers le monde plus de 1,1 milliard d’êtres humains qui fument, huit millions qui en meurent chaque année. Des chiffres auxquels il faudrait ajouter les centaines de millions de fumeurs et d’ex-fumeurs qui souffrent de maladies chroniques et handicapantes.

Des dizaines de millions de fumeurs ont opté pour des produits à risque réduit afin de se sauver. Est-il sensé pour l’OMS de s’attaquer au vapotage à présent ? John BRITTON, professeur émérite en épidémiologie à l’Université de Nottingham et co-auteur du rapport du Public Health England sur le vapotage [2], le déplore :

“Ce rapport démontre que, malheureusement, l’OMS ne comprend toujours pas la différence fondamentale entre la dépendance au tabac, qui tue des millions de personnes chaque année, et la dépendance à la nicotine, qui ne le fait pas. L’OMS se complait visiblement dans l’hypocrisie en recommandant l’utilisation de produits nicotinés médicaux pour traiter la dépendance au tabac, tout en préconisant l’interdiction des produits nicotinés grand public, qui font la même chose, mais en mieux. L’OMS a raison de dire que les non-fumeurs, en particulier les enfants, devraient être découragés d’utiliser tout produit nicotiné. Mais pour les plus d’un milliard de fumeurs de tabac dans le monde, les systèmes électroniques d’administration de nicotine font partie de la solution, pas du problème.”

(traduction libre), source : expert reaction to WHO report on nicotine and tobacco products | Science Media Centre [3]

Avec ce rapport, l’OMS persiste à renier le principe de réduction des risques, exposé au 1er article de la Convention Cadre pour La lutte contre le Tabagisme (CCLAT). Ce faisant, elle pervertit la lutte anti-tabac en s’attaquant au meilleur ennemi du tabagisme : le vapotage [4].

Références :

[1] Publication dans la presse française (exemple Ouest France) sur la base du communiqué de l’AFP : L’OMS tire la sonnette d’alarme contre la cigarette électronique et veut une réglementation sévère.

[2] Vaping in England: evidence update February 2021 : https://www.gov.uk/government/publications/vaping-in-england-evidence-update-february-2021

[3] Expert reaction to WHO report on nicotine and tobacco products, Science Media Centre UK : https://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-who-report-on-nicotine-and-tobacco-products/

[4] Pour plus d’information, SOVAPE a publié en 2020 ce document : OMS, vapotage et lutte anti-tabac.